Hébreu biblique, le vrai sens des mots
  • A
  • B
  • C
  • D
  • E
  • G
  • H
  • I
  • K
  • L
  • M
  • N
  • O
  • P
  • R
  • S
  • T
  • TS
  • V
  • Y
Mots Commentaires
ASKALA Alors que le vocable Bina, vu par ailleurs, désigne la capacité à la logique, en somme un bon QI, le vocable Askala , qui de nos jours désigne l’intelligence en général, désigne en hébreu biblique plutôt le processus de déduction, de réflexion en lui-même Comme celui de la rédaction d’un problème de maths.
Voir les détails



AROUR

Le mot Arour, est traduit par « maudit ». Ce terme latin vient de « male dictus » et signifie dire, souhaiter du mal.
Voir les détails


AVODA

AVODA est le terme utilisé, dans la Bible, pour désigner, de façon générale, toute servitude , toute tâche non pénible effectuée par tout subalterne au profit de son supérieur hiérarchique , que ce subalterne soit du plus bas étage (esclave) au plus élevé ( ministre du roi) ou que cette subordination soit , par extension ,celle d'un serviteur de culte envers son (ses) dieu(x).
Voir les détails


AL PNE

AL PNÉ indique, en tout premier lieu et en règle générale, l'ubiquité et , de ce fait, signifie ce qui occupe le maximum de volume ou de plénitude d'espace donc « de partout » ou « en plein » Ce sens ubiquitaire prévaut dans l'immense majorité des versets du Rouleau. Nous verrons pourquoi ce sens, ainsi compris et réhabilité, est fondamental
Voir les détails


 


Mots Commentaires
BINA

Bina (du verbe léavin = comprendre, analyser) est une qualité première qui signifie à la fois la faculté de compréhension, la faculté de logique, la raison, l’esprit d’analyse mais aussi les lois physiques
Voir les détails


BAROUKH

Il est coutume de traduire le mot Baroukh, de nos jours, et par défaut, par l’adjectif « béni ». C’est en tout cas ainsi qu’il est usuellement compris.
Voir les détails


BORE-BARA

BORE (verbe au temps présent) et dont le temps passé est BARA est un verbe que l'on traduit traditionnellement par « créer ex nihilo ». Mais nous verrons que, dans le Rouleau, ce terme de « créer » a plutôt régulièrement le sens de « former» ou de «transformer» ...
Voir les détails


BAKH'AR

Le mot « BAKH'AR » signifie « choisir, élire, désigner » On parle ainsi d'un peuple « élu » Mais le Rouleau nous rappelle avec insistance, en le martelant répétitivement, que si le peuple d'Israel est un peuple « élu » c'est seulement parce qu’il a été désigné et a acquiescé d'être un peuple saint kadoch pour accomplir une double mission
Voir les détails


 


Mot Commentaire
CHEMA

Le mot CHÉMA est un vocable bien connu, comme étant notamment le premier mot d’un texte liturgique important extrait du Deutéronome (6,4) dans un paragraphe auquel il a donné son nom. On a coutume de ne le traduire que par un seul de ses sens courants, celui de « Ecoute », de par un seul choix référentiel à faire et obligé dans toute version traductrice.
Voir les détails

CHEM

On traduit habituellement CHEM par le substantif de « Nom ». Son pluriel est « chémoth ». Quant au « Nom » de Dieu que Moïse rapportera au peuple, il est appelé Chem améphorach (le Nom révélé) Nous nous attacherons ici aux limites fixées à ce Nom, et à expliquer, d’autre part, pourquoi cette communication du Tétragramme, faite à Moïse, a un lien direct d’avec les futures dix plaies d’Egypte et d’avec l’exode.
Voir les détails

CHAVOUOTH

Encore un autre vocable en faux ami. C’est à tort qu’on l’appelle « la fête du don des tables de la Loi ». Chavouoth lui est totalement étrangère dans le Rouleau et signifie « les semaines » C’est une fête de pèlerinage décomptée sept semaines après la nuit de Pessah
Voir les détails

CHAV

Le mot « CHAV » est le mot hébreu qui désigne « la fraude, l'inexact, le faux , la manipulation d'esprit, l'instrumentalisation» . En fait, la Bible accorde une telle portée à ce concept négatif qu'il fera l'objet d'un interdit gravé en toute haute place dans le début des tables de la Loi, L'instrumentalisation du message divin servant à dénaturer en son socle les valeurs structurelles et fondamentales du Rouleau
Voir les détails

CHABBAT

Le mot « CHABAT » est à la fois un nom et un verbe qui indique basiquement une « cessation». Ainsi, lors de la création du monde, le texte ne veut en rien nous indiquer que Dieu se serait prétendument "reposé " ( concept absurde ) mais bien qu' IL a terminé , qu' IL a cessé la première phase , celle qui consiste à avoir d'abord donné forme à la structure matérielle de tout ce que contient l'univers.
Voir les détails

CHADAÏ

C'est dans Genèse 17, 1 qu'apparait pour la première fois le mot « CHADAÏ » quand il nous est dit que Dieu apparut à Abram et lui dit : "Je suis le Dieu Chadaï" Il y en a deux grandes lectures possibles.
Voir les détails

 


Mot Commentaire
DAAT

Ce substantif biblique (apparemment anodin mais dont vous verrons, en fin de propos, qu’il sous-tend des implications historiques inattendues) signifie l’acquit enseigné et est l’un des vocables qui contribuent à cerner le concept biblique, l’étendue et les limites « du savoir, de la connaissance »
Voir les détails


DERACHA

DERACHA n’a pas dans la Bible le sens du laïus convenu de nos jours, et que font les jeunes Bar / Bath Mitswoth lorsque le discours n’a fait ni l’objet d’une recherche vraiment personnelle sérieuse et référencée, non empruntée, ni n’interpelle l’auditoire. En ce cas, il ne faut parler que de simple discours
Voir les détails


 


 


Mot Commentaire
ELOHA

Le mot ELOHA (au singulier) désigne en général toute croyance de l’homme en une force qui lui est supérieure et en laquelle il accorde sa confiance et soumission, le plus souvent il s’agit d’une croyance en une force abstraite
(on parle alors d’une superstition, d’un dieu) mais ce vocable peut se référer parfois à une force bien concrète.

Voir les détails


EMETH

ÉMETH signifie de façon globale ce qui est supposé être vrai, donc, en principe, signifie la vérité. Aussi pourrait-on croire, de prime abord, qu’il n’y a qu’une seule et unique vérité et que celle-ci serait donc indivisible.
Voir les détails


EQUEV

ÉQUEV est à l’origine tant du nom de Jacob ( en allusion peu flatteuse, comme nous le verrons) et fait aussi le titre d’une paracha . Ce vocable équév peut être tantôt un substantif, tantôt un verbe, ou tantôt une conjonction.
Voir les détails


 

 

Mot Commentaire
GUER

GUER signifie un étranger, Mais il y a de fait et dans le Rouleau quatre qualificatifs distincts pour y désigner les « étrangers » : Guer, Guer tochav, Guer tsédék, Nékh’er...
Voir les détails

 

 

 


 


Mot Commentaire
HOUKA

Le mot Houka signifie exactement une directive, une ligne de conduite, et donc bien une orientation à prendre, une marche à suivre, une direction donnée. Et ce sens dynamique apparait dans le Lévitique 18, 3 où dénonçant le comportement des païens, Moïse demande aux hébreux de pas prendre « le chemin » de leurs Houkoth.
Voir les détails


HELEV

C’est un vocable parmi ceux des faux amis. Alors qu’en hébreu moderne, ce mot ne signifie uniquement que le lait, ce sens lacté préférentiel n’apparut que tardif et restrictif, mais n’était en rien auparavant le sens habituel et dominant de hélév dans le Rouleau de la Torah.
Voir les détails


 


 


Mot Commentaire
ISRAEL

Nom donné à Jacob après qu’il se soit symboliquement repenti de son attitude sournoise envers son frère Esaü, et qu’il abandonne ainsi son prénom péjoratif de Jacob pour celui d’Israël.
Voir au mot équév en son § B pourquoi équév avait justifié qu’on lui donne son premier prénom de Jacob.
Voir les détails


IVRI

Le mot IVRI signifie « hébreu » .Mais quel en sont ses origines ? Ce vocable vient d’EVER, radical formé des trois lettres Ayin – Beth – Réch. Sa source est multiple, à la fois nominative mais aussi symbolique.
Voir les détails


 


 

Mot Commentaire
KOHKH'MA

Le mot Kh’okh’ma signifie principalement (à de rares exceptions près) la sagesse. Mais qu’est-ce que sous-tend la sagesse biblique ? Car ce terme qui nous est familier, a subi, depuis lors, bien des influences postérieures et extérieures, dont celle surtout de la sophia grecque ou de diverses philosophies d’horizons variés
Voir les détails


KADDICH

Ce texte, appelé à tort « Prière pour les morts », est d’apparition tardive. Son seul but est de magnifier et glorifier le Nom de Dieu (voir le sens du mot CHEM auquel il est étroitement lié).
Voir les détails


KANA

Kana signifie « exclusif ». C'est bien à tort que certains s'autorisent à traduire Kana par prétendument « Jaloux » lorsqu'on parle de Dieu. Or rien n'est plus tenace en effet qu'une erreur sémantique qui se perpétue par emprunts et duplications répétitives
Voir les détails


KHOCHEKH

Voir au mot « OR » dont il est indissociable
Voir les détails


 


Mot Commentaire
LEV

Le mot « LEV » (ou encore « lévav ») a plusieurs sens dans la Bible. Quand il s'applique à Dieu, il signifie «la prise de décision, la volonté». Mais quand il s'applique à l'homme, il signifie soit «l'esprit, la pensée intelligente, le talent» soit «le coeur (l'organe)» soit «le courage » soit «la générosité » ou soit «le centre de». Voyons en quelques illustrations.
Voir les détails


 

 

 


 


Mot Commentaire
MAYIM

Le Mot Mayim signifie généralement l’EAU. Dans la Bible aussi. Pour autant, son emploi peut être différent selon l’hébreu moderne ou biblique où, alors, son sens ancien est plus large
Voir les détails


MALAKH

Ce mot signifie en son sens d’origine, tantôt un message ou tantôt un signal ou tantôt un évènement ou bien un prodige ou de façon plus globale tout support , de quelque nature qu’il soit, de ce message qui émane directement et sans intermédiaire du Divin
Voir les détails


MELAKH'A

MELAKH'A désigne une activité laborieuse et pénible , contrairement à avoda ( activité non pénible - voir ce terme) . Dans la bible, on le trouve rapporté aux travaux physiques sur les matériaux (sur l’or, l’argent, le cuivre, donc à forger, ou sur le bois donc à scier, à tailler ou pour la poterie ou pour l’orfèvrerie)
Voir les détails


MIDBAR

Le mot « MIDBAR » signifie en hébreu moderne le « désert », ce qui, dans notre esprit évoque une image quasi saharienne. Or tel n'était en rien le sens que lui donnait le Rouleau qui évoque en premier le concept d'une terre « essentiellement pas ou peu habitée » et donc, de ce fait, pas ou peu cultivée.
Voir les détails


 


Mot Commentaire
NAFACH

Selon la traduction de la Bible rabbinique de France : Le septième jour, (Dieu) « a mis fin à son œuvre et s’est reposé » en traduction proposée pour CHABAT VAYINAFACH Or cette traduction simpliste, non seulement est quasiment inchangée depuis les siècles où certains croyaient encore que L’Eternel avait forme d’homme
Voir les détails


NEFECH

Ce mot néfech signifie essentiellement, et selon le contexte, tous les stades de la vie de l’âme. Il a, de ce fait, dans la Bible, plusieurs sens, dont quatre grands sens principaux, donc à comprendre et traduire à chaque fois avec circonspection et à bon escient, en tenant compte particulièrement du contexte et de la grammaticale. En effet, de par notre culture, ces sens peuvent parfois nous prêter à confusion, voire à un contresens fondamental.
Voir les détails


NABI

Nous traduisons NABI par « prophète » ce qui rend très imparfaitement la multiplicité des sens bibliques de ce mot hébreu. Il est aussi utilisé pour désigner, par exemple, un « prédicateur » NABI évoque stricto sensu celui qui « apporte » ou « transporte » une charge spirituelle ou non, un portage, car le NABI est celui qui transmet un message de nature polymorphe
Voir les détails


 


Mot Commentaire
OR

Le mot « OR » est le mot hébreu qui désigne la « lumière». Utilisé pour la première fois dans le chapitre du récit de la création (que l‘on appelle maassé béréchit), c’est un mot indissociable d’un autre mot tout aussi fondamental, voire même capital, et qui est le vocable de «khochekh », (ce que l’on a rien trouvé de mieux à traduire communément que par « obscurité » mais nous verrons cette traduction comme étant inappropriée, du moins dans le premier verset.
Voir les détails


OLAM

Le mot « OLAM » n'a pas, dans la Bible, le sens élargi qu'il prendra par la suite dans l'hébreu talmudique, kabbaliste ou moderne que nous lui connaissons. Car si en hébreu moderne, il désigne tant tout ce qui est lié au monde et à l'universel, et qu' il désigne tout autant le temps éternel ou très long,
Voir les détails


 


 


Mot Commentaire
POKED

Dans la Bible, POKED ( pé+kof+daleth) est un des verbes du Rouleau parmi les plus importants de par son impact dogmatique et historique . En effet, si, lorsqu'il se rapporte à l'humain, il signifie simplement tenir un compte, un décompte, calculer, (tel le décompte tenu dans le livre des Nombres)
Voir les détails


 

 

 


 


Mot Commentaire
ROUAKH

Dans le Rouleau, ce vocable a des sens très différents selon qu’il fait référence à Dieu, ou aux phénomènes atmosphériques, ou à l’homme. Quand on l’attribue intrinsèquement à Dieu Rouakh signifie l’Esprit la Volonté de Dieu. Quand il se rapporte à l’air, c’est alors celui du souffle, du vent. Il y a beaucoup trop d’amalgames là-dessus, dans les traductions courantes, par confusion de ces deux sens.
Voir les détails


RECHIT

Ce mot Réchit a trois sens courants. D’où les controverses ayant existé sur le premier mot biblique
Son premier sens vient de ce que réchit n’est qu’un dérivé du mot roch lequel veut dire la tête.

Voir les détails


 


 


Mot Commentaire
SATAN Le mot « SATAN » n'existe nulle part dans l'enseignement du Rouleau de la Torah. Ce vocable, tel que nous le connaissons dans notre imaginaire fertile occidental, n'est qu'un concept postérieur et très tardif, strictement païen et qui lui est totalement étranger.
Voir les détails



 

 

 


 


Mot Commentaire
TOHU BOHU

Avant que le monde ne soit créé, le Rouleau nous dit, qu’en son tout début (Genèse 1,2), l’univers terrestre n’était alors qu’un «TOHOU VABOHOU» expression traduite communément par un Tohu- Bohu. Mais nous verrons que le sens hébreu biblique n’est point superposable à celui moderne que le Larousse nous définit comme n’étant que « un grand désordre, une agitation confuse et bruyante »
Voir les détails


TBOUNA Le mot TBOUNA est à rapprocher du mot BINA
Voir les détails

TOV TOV est un adjectif bien connu car il signifie « bon ». Mais dans la Bible, TOV avait en réalité un contenu en des sens bien plus orientés. En dénominateur commun à toutes ses variantesi, le vocable cherchait prioritairement à nous exprimer tout ce qui directement ou indirectement facilite la VIE soit en en favorisant celle-ci en son existence même, ou soit en l’amélioration dans sa qualité.
Voir les détails

TEMOUNA En hébreu moderne, Temouna signifie exclusivement une image, un tableau, un portrait, mais tel n’est pas le cas en hébreu biblique où son sens principal est bien tout autre. En effet, de même que le mot « Talmoud » indique le support de l’étude...
Voir les détails

TANINE Le mot animalier « TANINE » signifie « reptiles à pattes » donc qui marchent et évoque dans le Rouleau le crocodile mais tout autant les autres reptiles de cette espèce (lézards, caméléons) .Il fait pourtant l'objet d'une grande confusion sémantique..
Voir les détails

 


Mot Commentaire
TSEDEK

Le mot Tsédek signifie littéralement, ce qui est « exact ». La Bible impose un respect obsessionnel de l’exactitude, (qui s’étend jusqu’à celle de la justice, dans l’exactitude de sa balance dans l’évaluation de la cause des parties) laquelle est considérée comme l’une des quatre grandes vertus majeures, certes proches, mais cependant à bien scinder en leur signification.
Voir les détails


TSELEM

TSELEM signifie, à l’origine et dans le rouleau, exclusivement l’image , mais ne croyons en rien qu’il s’agisse là d’une image selon notre sens usuel concret et représentatif, (nom que l’hébreu moderne a donné ainsi à la photographie), mais il s’agit d’un tout autre sens, celui d’une IMAGE ABSTRAITE , au sens d’une image de l’esprit, construite selon l’imag ination, selon donc l’image que l’on est amené à se faire de quelque chose ou de quelqu’un, et donc dans le sens d’un CONCEPT , d’un DESSEIN de ce que l’on conçoit ou d’un PROJET que l’on projette de réaliser, que l’on conceptualise
Voir les détails


TSEBAOTH

Le mot « TSEBAOTH », (pluriel de Tsava) a deux sens. L'un, accessoire dans le rouleau, est devenu prévalent en notre hébreu moderne, alors que c'est l'autre, (alors que de nos jours très accessoire), qui prévalait par contre en hébreu biblique.
Voir les détails


 


Mot Commentaire
VAYINAFACH

Le septième jour, (Dieu) « a mis fin à son œuvre et s’est reposé » en traduction proposée pour CHABBAT VAYINAFACH Or cette traduction simpliste, non seulement est quasiment inchangée depuis les siècles où certains croyaient encore que L’Eternel avait forme d’homme .
Voir les détails


VAYAR

VAYAR est un verbe fréquemment rencontré. C’est le temps passé du verbe lir’oth qui signifie principalement, mais pas seulement « voir ». Ce verbe a en effet¨, dans le Rouleau, quelques autres sens à ne surtout pas méconnaître.
Voir les détails


 


Mot Commentaire
YOM

YOM signifie classiquement un « Jour » c’est-à-dire une période limitée à vingt-quatre heures. Son pluriel est alors uniquement yamim en cet emploi. Mais il peut avoir d’autres sens et désigner ainsi une durée bien plus longue, voire même extrêmement longue
Voir les détails


YOCHEV

Dans la Bible, le verbe YOCHEV (YOD CHIN BETH) a plusieurs sens bien distincts selon qu'il se rapporte aux humains ou à Dieu. Lorsqu'il est attribué aux humains, il signifie essentiellement « s'asseoir, être assis ou résider, s'installer ».
Voir les détails